La migration digitale des entreprises, une politique d’avenir

Transformation digitale, pour les entreprises, c’est l’expression qui revient sur toutes les lèvres lorsqu’il s’agit d’évoquer leur évolution vers le numérique. S’il est nécessaire de cadrer les changements, il s’agit clairement d’une stratégie d’avenir.

Récemment, les plans de transformation digitale se sont multipliés au sein des grands groupes, tels que Ecobank et Afriland First Bank . Mais au-delà de ces exemples marquants, de nombreuses entreprises, de toutes tailles, choisissent de franchir le pas vers le numérique. Dans tous les cas, la stratégie reste la même pour réussir ce défi.

Une transformation qui doit viser l’ensemble de l’entreprise

Cette évolution concerne t-elle l’ensemble de l’entreprise ou seulement quelques pôles? Un sondage  a fourni quelques éléments de réponse. Le premier élément qui ressort concerne l’inégalité des collaborateurs face à cette transformation numérique. Si 66 % des entreprises interrogées ont mis en place des formations sur le digital, seules 20 % les dispensent à l’ensemble de leurs salariés. Parmi les bons élèves, le secteur des services domine le classement.

Il est malgré tout indispensable que la transformation numérique se fasse sur l’ensemble de l’entreprise, au risque de provoquer d’importants effets de contraste. Les outils de cette transformation, en premier lieu le téléphone mobile, restent eux aussi réservés aux managers et aux commerciaux.

Pourtant, lorsque la transformation numérique touche l’ensemble d’une entreprise, son succès peut être formidable, l’exemple de La CNPS est là pour le prouver. En équipant la quasi-totalité des services, l’entreprise publique est en train de révolutionner le métier et a été récompensée du titre de l’entreprise digitale de l’année.

Aller au delà des effets d’annonces

Annoncer sa transformation digitale ne doit pas s’arrêter à une décision marketing, mais doit être un véritable changement stratégique sur le long terme. Il s’agit d’un investissement qui doit projeter les entreprises sur des durées de cinq ans minimum. Surtout, la réussite passe par la capacité de l’entreprise à dépasser les éventuelles dégradations de résultats durant la phase de transition.

La réussite passe également par l’anticipation de l’ensemble des freins à la transformation numérique. En premier lieu, la résistance au changement au sein de l’entreprise doit être maîtrisée pour ne pas ralentir le changement. C’est aussi la sécurité des données qui peut provoquer des réticences. Les récentes cyber-attaques peuvent mettre à mal l’opportunité de la transformation digitale. Sans doute la raison pour laquelle les entreprises Camerounaises peine à se distinguer dans  l’utilisation du numérique dans leurs process quotidiens.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked (required)